Les Décodeurs résument, pour les lecteurs de « La Matinale du Monde », l’essentiel de l’actualité de ces derniers jours.

L’actualité de la semaine a été marquée par la tournée d’Emmanuel Macron en Afrique de l’Ouest, le voyage du souverain pontife en Birmanie ou encore le lancement d’un missile intercontinental de très grande portée par la Corée du Nord. L’avenir du glyphosate a aussi été au centre de l’actualité, tout comme la fin de l’encadrement des loyers à Paris ou la mise en examen du principal suspect dans l’affaire Maëlys.

  • Macron en Afrique de l’Ouest

Emmanuel Macron est arrivé lundi soir 27 novembre au Burkina Faso, étape initiale de sa première tournée en Afrique. Le président a prononcé un long discours à l’université de Ouagadougou, où il a notamment abordé les thèmes de la colonisation et de l’émancipation des femmes.

En Côte d’Ivoire, où il s’est rendu mercredi pour le sommet Afrique-Europe, le chef de l’Etat a plaidé pour des « opérations d’évacuation d’urgence » en Libye ainsi que pour des mesures de sanction contre les passeurs qui exploitent les migrants, avec, en toile de fond, la diffusion d’un reportage de CNN sur des réfugiés vendus comme esclaves.

Au Ghana, enfin, où il s’est rendu avec le chef du gouvernement néerlandais jeudi 30 novembre, M. Macron a réitéré son message aux jeunes Africains pour qu’ils restent et réussissent en Afrique.

  • Birmanie : le pape et la crise des Rohingya

Le pape François s’est rendu lundi 27 novembre en Birmanie. La répression des Rohingya par des forces armées birmanes, accusées par les Nations unies et par les organisations humanitaires de pratiquer un nettoyage ethnique, était l’un des dossiers clés de cette visite du souverain pontife.

Tandis que le commandant en chef de l’armée birmane a affirmé qu’il n’y avait pas de persécution dans son pays, le pape a rencontré mardi la dirigeante Aung San Suu Kyi, dont le silence au début de la crise a été largement critiqué par la communauté internationale. François a appelé au « respect de tout groupe ethnique », sans jamais prononcer le nom des Rohingya durant tout son séjour. Mme Suu Kyi s’est, elle, engagée à protéger les droits et à promouvoir la tolérance « pour tous » dans son pays.

A Dacca, la capitale du Bangladesh, où il est arrivé jeudi 29, le souverain pontife a demandé à la communauté internationale de prendre « des mesures décisives » pour trouver une solution à la crise des réfugiés rohingya, qui ont fui en masse vers ce pays à majorité musulmane. Le président bangladais a quant à lui estimé que l’armée birmane commettait des « atrocités cruelles ».

  • Tensions accrues entre Pyongyang et Washington

Lundi 28 novembre, la Corée du Nord a procédé au lancement d’un nouveau type de missile balistique, qui s’est écrasé dans les eaux internationales de la mer du Japon. Le Conseil de sécurité des Nations unies s’est réuni en urgence dans la journée, alors que Pyongyang a affirmé avoir réalisé son objectif : devenir un état nucléaire qui met « la totalité du continent américain » à sa portée.

Une semaine auparavant, les Etats-Unis avaient à nouveau inscrit la Corée du Nord sur leur liste des pays accusés de soutenir le terrorisme, avant d’imposer de nouvelles sanctions ciblées contre treize entreprises et entités nord-coréennes et chinoises.

Néanmoins, ce nouveau tir relance les interrogations sur les moyens de contrer le développement du programme nucléaire de Pyongyang. Le président américain Donald Trump a par ailleurs affirmé que « d’importantes sanctions supplémentaires seront imposées », tout en demandant à Pékin de faire pression sur leur voisin nord-coréen.

Lire aussi :   Tirs de missiles, essai nucléaire, escalade verbale : la crise autour de la Corée du Nord expliquée en SMS

  • Mise en examen dans l’affaire de la disparition de Maëlys

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Grenoble a annulé, jeudi 30 novembre, en raison d’une erreur de procédure, les premières auditions en garde à vue de Nordahl Lelandais, ancien maître-chien de l’armée et principal suspect dans l’affaire de l’enlèvement de Maëlys, une fillette de 9 ans, dans la nuit du 26 au 27 août en Isère.

Mais quelques heures plus tard, à l’issue d’une audition qui aura duré près de huit heures, Nordahl Lelandais a été mis en examen pour enlèvement et meurtre, a fait savoir le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat, lors d’une conférence de presse. Le suspect a nié les faits devant les juges ; il risque la prison à perpétuité.

Source : lemonde.fr

Les JT

Afrique en 26 min

La Grande Revue

Matin d'Afrique

Plateau Spéciale

Le débat